Les familles de Seine-Saint-Denis mises au vert ?

Après les annonces en cascade de solutions pour les ménages pris en charge depuis novembre 2019 concernant les ménages en demande non pourvue (DNP), les femmes enceintes ou avec nouveaux nés et les femmes victimes de violences conjugales et intra familiale, il faut bien se rendre à l’évidence, les noces ne seront finalement peut-être pas si heureuses. Si nous nous félicitions des efforts exceptionnels quant à la création de plus de 1050 nouvelles places d’ici à la fin de l’année 2022 (soit une hausse des places d’hébergement à disposition du SIAO93 de plus de 30%), les contraintes liées à ces places sont malheureusement trop nombreuses : 80% d’entre elles sont reparties en grande couronnes (77, 78 et 91), les projets sociaux sont souvent excluants (accueil de femmes seules enceintes ou avec un nouveau-né de moins de 3 mois, ayant subies des violences conjugales uniquement, etc.), les prises en charge sont de courte durée (3 à 6 mois) et les places sont ouvertes mais à l’attention de ménages déjà pris en charge au sein de dispositifs non pérennes. Si ces nouvelles places arrivent dans un contexte qui se dit de "solidarité régionale" (les départements les moins pourvus en offres ouvrent des dispositifs à l’attention des départements les plus saturés de demandes que sont Paris et la Seine-Saint-Denis), il n’est pas garanti que les départements d’accueil respectent cette solidarité attendue. De plus, les familles les plus fragiles se voient contraintes à l’acceptation de cet éloignement rarement désiré.

Nous accueillons néanmoins ces options hors département comme une opportunité de travailler avec de nouveaux opérateurs jusque-là inconnus du paysage Séquano-Dionysien, de mieux répondre aux besoins essentiels d’un toujours trop grand nombre de familles et enfin de développer nos méthodes de coopération avec nos collègues des autres SIAO franciliens.

Le pôle hébergement logement du SIAO93