L’AVDL DALO EN SEINE-SAINT-DENIS

C'est une démarche en deux temps, prévoyant une partie diagnostic et une partie accompagnement, menées par des équipes distinctes bien qu’issues du réseau Interlogement93. L’objectif du dispositif est de reprendre contact avec les ménages reconnus prioritaires et urgents (PU) au relogement en 2008, 2009 et 2010, toujours en attente d’un logement, afin de réaliser un diagnostic de leur situation, aux fins de faciliter leur accès à un logement autonome. Cette démarche permet, au minimum d’actualiser le dossier logement et de proposer le cas échéant, une mesure d’accompagnement social spécifiquement liée au logement, de type AVDL (accompagnement vers et dans le logement), avant, pendant et/ou après le relogement selon les problématiques identifiées.

L’équipe diagnostic, portée par Interlogement93, est composée de quatre travailleurs sociaux (3ETP) de trois asso- ciations du réseau IL93 (La Maison du Pain, ADSEA 93, Aurore). Pour le diagnostiqueur, le bilan est déjà une prise de contact. La démarche, au premier abord anodine, peut s’avérer complexe lorsque les ménages PU DALO signalés pour diagnostic sont introuvables ou injoignables après tant d’années.

Une fois le ménage contacté, le bilan diagnostic est aussi une relation de confiance à instaurer après plusieurs années de mal logement, auprès de ménages qui peuvent se montrer réticents à exposer une énième fois leur situation personnelle et locative. C’est un exercice délicat dans la mesure où le contexte du logement en Seine-Saint-Denis, et la situation personnelle de certains ménages, ne permettent pas d’assurer le relogement de tous et ce dans les meilleurs délais. Le bilan diagnostic est aussi la rencontre, encore trop fréquente, de familles vivant dans des conditions d’habitat indigne...

Des actions de communication auprès des partenaires prescripteurs (DRIHL, COMED, CCAPEX, collecteurs 1%, bailleurs, structures d’hébergement...) sont régulièrement menées pour faire connaitre le dispositif et faciliter la commande de prescriptions. Un partenariat étroit s’est mis en place avec le bureau du logement de la DRIHL pour favoriser le relogement des ménages rencontrés dans le cadre de l’AVDL DALO. Des bailleurs sont également sollicités.

Une communication et un partenariat que nous partageons avec les équipes chargées de la réalisation des mesures d’accompa- gnement (Hôtel Social 93 et CEFR), également membres d’ Interlogement93. Et malgré une répartition conventionnelle des activités diagnostic et accompagnement, le réseau a fait le choix d’un travail de proximité devant faciliter la transmission et le suivi des dossiers.

Pour exemple, une commission bimensuelle, des passations, des temps d’échanges sur les pratiques profession- nelles sont organisés entre les équipes diagnostic et accompagnement social, pour veiller à la cohérence des interventions. Concrètement, afin de faciliter les échanges, les équipes du CEFR et de l’Hôtel Social en charge des mesures d’accom- pagnement AVDL partagent les locaux du 100 avenue de la Résistance à Montreuil.

Nathalie PINON,

coordinatrice de l’AVDL DALO diagnostic, Interlogement93

QU’EST-CE QUE L’ACCOMPAGNEMENT AVDL DALO ?

Un positionnement délicat mais déterminant pour l’accès au logement

L’équipe mise en place en septembre 2012 pour assurer les mesures d’accompagnement vers et dans le logement, est consti- tuée de dix travailleurs sociaux (TS) de l’Hôtel Social 93 et du CEFR. J’ai rencontré trois d’entre eux afin d’appréhender leur point de vue : quel est le quotidien des travailleurs sociaux et comment exercent- ils leur mission d’une part ? Quels sont les effets de ce dispositif sur le parcours des familles d’autre part ?

Nous allons parler des « personnes reconnues prioritaires et urgentes (PU) au titre du DALO » dont il convient de préciser que toutes n’ont pas besoin d’AVDL. La majorité des dossiers est adressée par la DRIHL. La priorité a été donnée aux PU DALO historiques, ceux labellisés en 2008 puis 2009, 2010, ... L’accompagnement concerne tous les domaines susceptibles de jouer un rôle pour faciliter l’accès au logement : travail sur le budget, mise à jour et ouverture des droits, médiation locative, l’insertion professionnelle, accès et suivi du parcours de soins ... Dans de nombreux cas, les demandeurs sont aussi confrontés à des problèmes de santé physique et/ou mentale. Mes interlocutrices insistent sur un autre aspect : les souffrances psycho-sociales des demandeurs. Lesquelles s’expriment principalement avant l’accession au logement, par les formules suivantes : « ... trop longtemps que ça dure. » « Qu’allez- vous faire de plus que les autres ?».

Le fait de répéter sans cesse les mêmes démarches, les mêmes papiers présentés des dizaines de fois... Dans ce contexte, le rôle du TS est d’écouter les personnes puis de les accompagner vers le logement en leur redonnant confiance en elles et en les rendant actrices de leur projet.

Les principales difficultés rencontrées par les travailleurs sociaux Tout d’abord, c’est l’attente d’une proposition de logement concernant les familles auxquelles il fau- drait proposer un F4 ou F5, qu‘ils doivent gérer. Une des AS cite le cas d’une femme déprimée et isolée vivant depuis des mois dans le noir, ne sortant plus de chez elle ; elle ne parvient plus à s’occuper de ses enfants ...

Cependant certaines personnes expriment leur satisfaction d’avoir un interlocuteur prenant en compte leur situation : « Enfin quelqu’un qui nous écoute vraiment... » Ensuite ce sont les refus de proposition de logement par des familles. Si certains refus peuvent se comprendre (trop grand éloignement par rapport à certaines obligations : travail, suivi médical, etc.) la plupart doivent être anticipés par les TS. Ils veillent à prévenir les familles car elles risquent de ne pas avoir d’autre proposition. Le préfet est censé proposer un logement adapté à la composition de la famille et à ses capacités financières.

Les perspectives

Les travailleurs sociaux doivent parfois travailler sur les représentations du « logement idéal » rêvé par les familles et faire coïncider leur projet de logement aux réalités du terrain. Il est difficile pour beaucoup d’entre elles d’imaginer, lors de la visite d’un appartement en mauvais état, qu’il va être réhabilité et qu’il sera différent quand ils entreront dans les lieux. Pour cela, un atelier collectif sur la prévention des refus va être mis en place en mars 2014. Individuellement, les travailleurs sociaux accompagnent régulièrement les personnes dans le nouveau quartier afin qu’elles puissent s’approprier leur nouvel environnement et ainsi réduire leurs craintes. D’autres témoignages, présentés dans ce numéro, montrent quel peut être le parcours du combattant des « reconnus PU DALO ».

Depuis le démarrage du dispositif, plus d’une centaine de familles accompagnées dans le cadre de l’AVDL DALO ont accédé au logement social. L’entrée dans le nouveau logement est souvent l’aboutissement d’un projet qui mobilise quotidiennement les familles depuis de nombreuses années. C’est un moment de grande satisfaction pour elles ainsi que pour l’ensemble de l’équipe des travailleurs sociaux. La veille de notre entretien, une signature de bail a eu lieu : « C’est un vrai moment de bonheur » dit l’AS, le nouveau locataire quant à lui : « Ça fait dix ans que j’attendais ! ».

Rachel Bolo, assistante sociale à la Main tendue, mise à disposition de l’Hôtel Social 93 Cécile Tixier, conseillère en économie sociale et familiale, Hôtel Social 93 Alix Voegeli, assistante sociale, CEFR Entretien résumé par Marie-Claude Vachez, administratrice IL93

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: