Le Comité d'Aide aux Français Rappatriés

Le 29 avril 1940, quelques hauts fonctionnaires, inquiets de la situation de nombreux français installés à l’étranger du fait d’évènements de guerre, créent le Comité d’entraide aux Français rapatriés (CEFR) en vue de leur apporter - une fois rapatriés sur le territoire national par les services consulaires - une aide matérielle et financière. 

 

 

LE CEFR D'HIER...

Les premières décennies d’existence du CEFR ont été particulièrement actives et marquées par les guerres et tensions géopolitiques à travers le monde : 5000 nuitées ont ainsi été assurées par le CEFR sur la seule période de mai à octobre 1949 et plus de 6000 rapatriés ont été accueillis de 1962 à 1967.

 

Ce public, une fois arrivé en France, était pris en charge dans des structures de type « centre d’hébergement », le plus souvent des foyers de travailleurs migrants sous occupés ou désaffectés. Le CEFR en comptait près de soixante jusqu’à la fin des années 70 tant les besoins étaient importants ! En parallèle, constatant que ces structures d’héber- gement ne permettaient pas d’accueillir dans de bonnes conditions les personnes âgées rapa- triées, de plus en plus nombreuses, le CEFR a ouvert dès 1950 une première maison de retraite. Ainsi est née l’activité « Personnes âgées » du CEFR.

 

À la fin des années 90, après une succession de périodes d’activité intense et d’accalmie, le CEFR a été autorisé par son conseil d’administration à accueillir les français de l’étranger rentrés en France par leurs propres moyens (c’est-à-dire sans l’aide d’une ambassade ou d’un consulat) ainsi que les personnes relevant du droit commun nécessitant soit un accompagnement social (CHRS) soit une prise en charge en maison de retraite (EHPAD).

 

... À aujourd’hui

La refondation du système français d’hébergement et d’accès au logement, lancée en 2008, a accéléré la diversification des activités du CEFR - engagée à la fin des années 90 - et des publics accompagnés. Encouragé par les pouvoirs publics, le CHRS du CEFR à Vaujours a ainsi créé, dès 2008, un dispositif de 59 places de stabilisation à Neuilly-sur- Marne dans les locaux de l’hôpital Maison Blanche. Celui-ci permet d’accueillir et d’accompagner des personnes très fragiles du département de Seine- Saint-Denis, ces dernières ne pouvant être prises en charge en CHRS insertion compte-tenu des difficultés qu’elles rencontrent (souffrance psychologique, dépression, situation administrative bloquée, situation familiale complexe...). Depuis sa création, ce dispositif a bénéficié d’un financement supplémentaire permettant d’étendre la capacité d’accueil de cinq places. Il a par la suite été transféré dans la commune d’Aubervilliers, à proximité immédiate de Paris.

 

Dans la foulée, le centre d’hébergement de Vau- jours a ouvert en 2009 un dispositif de vingt places réservées à l’accueil de femmes sortant de maternité avec nouveau-nés et sans solution d’hébergement. Ce dispositif, reconnu dans le département, accueille et soutient ces femmes de quelques jours à plusieurs semaines afin de mener une évaluation sociale de leur situation et de les mettre en lien avec les partenaires nécessaires (PMI, assistantes sociales, CIMADE,...).

 

Plus récemment, plusieurs CHRS du CEFR ont tour à tour développé une activité d’Accompagnement vers et dans le logement (AVDL), notamment auprès des ménages reconnus prioritaires au titre du droit au logement. C’est le cas de l’établissement du CEFR à Vaujours, qui assure dans le cadre de l’AVDL DALO le volet accompagnement en étroite collaboration avec l’association Hôtel Social 93, le volet diagnostic quant à lui a été confié à Interlogement93.

 

Depuis sa mise en œuvre en 2012, ce sont ainsi près d’une centaine de ménages qui ont pu accéder à un logement ou s’y maintenir ; des résultats très encourageants en particulier pour un département sinistré tel que la Seine-Saint-Denis.

 

 

 

Zoom sur l’établissement de Vaujours
Parmi les établissements du CEFR, le centre d’accueil de Vaujours, structure monobloc de 160 places, assure une mission particulière puisqu’il accueille les français rapatriés à leur arrivée sur le territoire national et les oriente, après quelques jours, vers les autres CHRS du CEFR en province (Lyon, Nantes, Grenoble, Toulouse, Strasbourg...). Également ouvert depuis plusieurs années aux publics du département qu’il accueille aujourd’hui de manière très majoritaire, les admissions sont réalisées via le 115 (pour les femmes sortant de maternité) et en étroite collaboration avec le SIAO 93 pour le reste des places.
L’accompagnement global, avec une forte présence éducative, est mis en place auprès de ces publics (majoritairement des familles) en fonction des pro- blématiques repérées qui sont de plus en plus larges. Le travail effectué par l’équipe du CEFR de Vau- jours est large, allant du diagnostic socio-éduca- tif afin d’identifier les axes de prises en charge (accompagnement vers les soins, accès aux droits, insertion professionnelle, soutien à la parentalité, appui à la régularisation administrative,...) au tra- vail d’accompagnement (individuel et collectif ) autour du relogement (intermédiaire ou défini- tif) voire de la période post-relogement. L’équipe sociale est à ce titre pluridisciplinaire et comporte des éducateurs spécialisés, des assistantes sociales, une éducatrice jeunes enfants, une psychologue, une aide-médico-psychologique...


Le CEFR de Vaujours est par ailleurs particulière- ment investi dans la prise en charge des publics précarisés durant les périodes hivernales. Dans ce cadre, il gère depuis plusieurs années un dispositif d’urgence que lui a confié l’hôpital de Ville-Evrard afin d’accueillir des hommes seuls et renforce ses propres capacités d’accueil à Vaujours pour l’ac- cueil ponctuel de femmes seules avec enfants.

 

Organisation générale

L’année 2013 et ce début d’année 2014 ont par ail- leurs été marqués par d’importants changements organisationnels au sein du CEFR :
- En avril 2013, Hubert Valade a été nommé président du CEFR sur proposition conjointe du ministère des Affaires étrangères et de celui des Affaires sociales, dont dépend directement le CEFR. Il succède à Ramon Casamitjana, qui a occupé cette fonction pendant plus de vingt ans.

- En septembre 2013, Nabil Neffati (voir interview ci-après), ancien directeur du CHRS de Vaujours, a pris ses nouvelles fonctions de responsable du pôle « Accueil, hébergement, insertion » au siège social du CEFR.

- Désormais, les activités relevant de l’insertion sociale sont directement pilotées par Nabil Neffati, par ailleurs administrateur d’Interlogement93.

 

Fin janvier, le CEFR a accueilli son nouveau directeur général Fabien Gandossi, suite au départ en retraite récent de Jean-Jacques Roué, qui occupait ce poste depuis 2005. 

 

 

LE CEFR EN 5 QUESTIONS + 1

Interview de Nabil Neffati par Patrice Fleury 

 

1 Une si longue histoire... Les équipes du CEFR ont-elles la même ancienneté ?

Même si le CEFR prend de l’âge, il se bonifie, ses équipes demeurent jeunes et dynamiques.

 

2 Avec autant d'unités et de surfaces, avez-vous créé un dispositif de navettes ?

La distance est symbolique, et lorsqu’on veut on peut. D’autant plus que, moderne, le CEFR opte pour les nouvelles technologies afin de rendre plus efficaces ses navettes. 

 

3 Le public du CEFR représente tous les âges de la vie, avez-vous pu créer des échanges entre les générations ?

L’intergénération est un concept qui nous est cher.

 

4 À propos des mères sortant de maternité sans solution, le CEFR est un acteur essentiel. Le Livre blanc en a témoigné, il convient de l'actualiser pour encore porter la question. Qu'est-ce que le CEFR souhaite obtenir de cette interpellation ?

Être d‘une part, à côté de ses partenaires pour participer à la construction d’une meilleure réponse à ce public, d’autre part se mobiliser pour l’augmentation dans notre département de la capacité d’accueil en faveur des mères sortant de maternité sans solution.

 

5 À quelle question auriez-vous aimé répondre ?

Comment doit-on travailler ensemble pour ne pas disparaitre ?

 

+ Bonus : avec l'implantation de la structure à Vaujours, le CEFR essuie-t-il les plâtres !?

Étant un bon voisin de Placoplâtre, je me suis arrangé avec lui pour qu’il oriente sa fumée vers d’autres horizons ! 

 

 

 

Please reload

Sélection d'articles

Covid-19 : Appel à bénévoles

04.05.2020

1/10
Please reload

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: