Un possible emploi

L’association d’éducation populaire Concorde (AEPC) est une maison d’enfants à caractère social,créée en 1969, qui a la double habilitation : Aide sociale à l’enfance et Protection judiciaire de la jeunesse. Elle dispose à ce jour de sept établissements, d’un dispositif d’accueil personnalisé et accueille 150 jeunes âgés de 8 à 21 ans. Le Projet pédagogique institutionnel est le référentiel qui sous-tend nos actions.

Pour répondre aux problématiques de la rupture scolaire et de l'accueil de mineurs isolés étrangers, l'AEPC s'est dotée de plusieurs ateliers scolaires reconnus.

Pour preuve, l'éducation nationale a mis à disposition d'un enseignant à temps partiel pour renforcer notre équipe. Les missions multiples de cet atelier visent : la réintégration des non scolarisés dans un cursus classique ou professionnel, l'offre d'une nouvelle chance à des jeunes en rupture et la prise en charge des mineurs isolés. De plus nous avons mis en place des stages permettant aux jeunesd’aborder le monde du travail. L’AEPC apour objectif d’être un maillon de l’insertion : elle propose des outils efficaces enfaveur des jeunes accueillis. Être inséré signifie avoir une place, et le concept d’insertion est indissociable de celui desocialisation.

L’accompagnement social etéducatif est donc central dans notre projet.

L’accueil des jeunes dans le cadre deslois de la protection de l’enfance prendfin à la majorité et, pour bénéficier d’uncontrat d’accueil provisoire au-delà, le projet et l’accompagnement éducatif doiventinduire une obligation de résultat faceaux autorités de tarification, à très courtterme. Les jeunes bénéficiaires de cetteaide sont rapidement sensibilisés, pourtenter de juguler tout risque de rupturequi les plongerait à nouveau dans la précarité voire dans la rue.

L’AEPC a créé un réseau d’employeursdevenus des partenaires institutionnels.À ce jour, il s’agit, d’un réseau regroupantplus de soixante entreprises dans tousles secteurs qui permettent de conclure tous types de contrats professionnels, demanière réactive. Cependant, les contratsd’apprentissage sont privilégiés car ilssont vecteurs de diplômes et de promotionsociale. Ce maillage est pertinent. Certains jeunes obtiennent une qualification professionnelle reconnue et sanctionnée, pardes prix départementaux voire nationaux.

Toute l’action et la mise en application de ces outils d'insertion nécessitent un travail en partenariat étroit et rigoureux avec les différents centres de formations tels que les centres de formation des apprentis. Notre volonté est bien de sensibiliser les jeunes accueillis aux opportunités des métiers porteurs. Le service à la personne et le commerce de proximité sont des exemples de secteurs en croissance qui offrent de nouveaux emplois. AInsi, nous apportons des réponses aux difficultés majeures de notre société dans le cadre de la lutte contre le chômage des jeunes en Seine-Saint-Denis. Cependant l'insertion professionnelle dépend de l'obtention d'un titre d'un séjour. À ce jour, plusieurs dossiers sont en souffrance et mettent en péril le devenir des jeunes, tant sur le plan professionnel qu'éducatif. Les délais de traitement qui dépassent régulièrement douze mois, parasitent le fond et la forme de nos actions pédagogiques et sociales.

Sylvain Lesueur,

directeur adjoint AEPC

1/ Cf. en particulier « L’Ethique en travail social Déclaration de Principes ». Ce document a été approuvé lors des assemblées générales de la Fédération internationale des travailleurs sociaux et de l’association internationale des écoles de travail social à adélaïde, australie, octobre 2004.

Courant mars, le ministre de l'intérieur affirmait que les Roms ne souhaitent pas s'intégrer. Le bouleversant témoignage d'Anina Ciuciu, Rom de nationalité roumaine, dément des propos fallacieux à caractère discriminatoire.

Installée dans la banlieue de Craiova, la famille d’anina, vic- time de discriminations sévères, connaissait la misère. Dans l’espoir d’accéder à des conditions de vie plus favorables, ses parents décidèrent en 1997 de quitter la roumanie avec leurs trois filles pour s’installer en France. après avoir surmonté les pires difficultés et connu les tourmentes des migrants clandes- tins, la famille a réalisé son projet. malgré tous ces obstacles, parents et enfants sont aujourd’hui parfaitement intégrés tout en restant attachés à la culture romani. Âgée de 22 ans, anina poursuit de brillantes études en master de droit à la sorbonne. au-delà du récit biographique, ce livre nous rappelle la condi- tion actuelle des populations roms. Infondés, les préjugés per- durent et l’apartheid à leur encontre persiste. anina souligne que « naître rom au XXIe siècle est malheureusement tou- jours un handicap ». L’auteure appelle de ses vœux une évo- lution des mentalités et un changement notable des politiques publiques. Conformément à notre éthique professionnelle1, il nous incombe sans aucun doute de contribuer à la pleine réalisation de ce souhait légitime.

À noter que le récent rapport, publié par Amnesty International, Ici et maintenant, droits humains pour les Roms, avril 2013, complètera la lecture de cet ouvrage remarquable.

Jean Jacques Deluchey,

directeur adjoint Amicale du nid 93.

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: