Parole de commission

Quels freins entravent l'accès à l'autonomie pour les jeunes du 93 ?

Qu'est-ce que la jeunesse? Le sociologue Pierre Bourdieu dit que la jeunesse n'est qu'un mot et qu'elle recouvre des réalités très diverses pour des personnes du même âge mais de milieux sociaux différents. Nous parlons ici des jeunes qu'accompagnent les membres de la commission, qui rencontrent de difficultés d'insertion sociale et professionnelle. Qu'est-ce que l'autonomie ? Comme le dit le mot d'origine grecque, un individu peut être reconnu comme socialement autonome lorsque dans les fonctions sociales qu’il occupe, il est en mesure de se gouverner lui-même (auto) de se donner à lui- même sa propre loi (nomos).

Il semble nécessaire de faire le parallèle entre les perspectives qu’offre la société actuelle et l’injonction implicite faite aux jeunes de s’inscrire dans celle-ci. En effet, vient se poser la question de la place que la société actuelle donne au public jeune. Actuellement la population 18-25 ans connait un fort taux de chômage1, l’offre de formation n’est pas à la hauteur des besoins et les perspectives d’accéder à un logement de droit commun s’amenuisent. Ces constats peuvent décourager les jeunes dans leur accès à l’autonomie, mais ils doivent au contraire continuer à se battre encore plus pour s’insérer dans une société qui, de prime abord, peut leur sembler hostile.

Nos associations ont toutes les mêmes axes de tra- vail ayant pour finalité l’accès à l’autonomie : la santé, l’emploi, le logement, la gestion du budget, les démarches administratives. Mais l’autonomie se résume-t-elle à cela ? Les jeunes que nous accompagnons font face à des obstacles, ceux imposés par la société et ceux qu’ils s’imposent à eux mêmes. Il s’agit pour les professionnels de réaliser, dans un premier temps, un travail de déconstruction des représentations du monde du travail pour les conduire progressivement vers la prise en compte des réalités, aussi dures soient-elles.

Dans ce contexte tendu, le travailleur social a pour mission d'amener le jeune à construire son indépendance. Ce passage est souvent vécu comme violent, car il demande un changement de reagard et de positionnement. Une autre tendance est de s'inscrire plus dans un comportement de consommateur que d'acteur de son propre parcours. Ce phénomène est accentué chez les jeunes ayant eu un parcours à l'aide sociale à l'enfance. Par ailleurs, la majorité de ces jeunes ont des parcours de vie empreints de rupture, de répétition d'échecs, venant entraver l'estime qu'ils ont d'eux-mêmes et mettre à mal la confiance en leur réussite. Il est impératif d’aider les jeunes à mieux se connaître, à travailler l’estime de soi. Retrouver la confiance en soi est un acquis qui leur permettra d’être armés pour la poursuite de leur parcours. Grâce à cela, ils parviennent à faire évoluer positi- vement leurs relations avec l’autre, notamment avec les employeurs et les interlocuteurs des différentes institutions. Notre travail est de les aider à aller au-delà du discours « je suis victime et je resterai victime ». Nous les aidons à sortir de la fatalité, à accepter que les choses ne viennent pas tout de suite. Trouver un emploi ou un logement peut être éphémère s’ils ne sont pas prêts. Chaque jeune accompagné dispose d’un capital, d’une force, notre rôle est de l’amener à devenir acteur de son avenir.

Pour favoriser l’accès à l’autonomie et s’inscrire dans l’accompagnement social que nous lui proposons, le jeune doit accepter de faire le deuil de « la famille idéale » ou « la société idéale », de retrouver la confiance en lui, bien souvent entamée au fil de ses expériences passées.

Commission pour le logement des jeunes d’IL93

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: