Études "jeunes"

Premières victimes de la crise économique, les jeunes sont de plus en plus tôt confrontés à de multiples difficultés sociales, professionnelles, financières... Plus de 20% des jeunes de 18 à 24 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté en France, soit avec un revenu inférieur à 964 euros. Malgré la vulnérabilité de leur situation (insertion professionnelle et insertion par le logement) les jeunes adultes sont exclus de tous minima sociaux.

Cette réalité rend difficile, pour une partie d'entre eux, la construction des bases de leur avenir.

Pour les jeunes qui ne peuvent pas ou plus comptersur leur réseau familial ou amical, la débrouille est français, ressortissants de l’Union européenne ou alors leur mode de survie. Ainsi, plusieurs milliers ayant un titre de séjour.de jeunes en Seine-Saint-Denis connaissent-ils déjàla galère de ne pas avoir leur "chez soi". Ils sont hébergés de manière précaire chez des tiers, dans des squats, appartements insalubres, foyers, abris de fortune ou encore dorment à la rue.

Les jeunes de moins de 25 ans, la génération de demain, constituent une part non négligeable des bénéficiaires du 115, du SIAO et des associations adhérentesau réseau Interlogement93. Àtravers ses activités et celles de sesmembres, Interlogement93 s’est interrogée sur les besoins de miseà l'abri, d'hébergement et d'accèsau logement des publics jeunes séquano-dionysiens et a souhaité leur consacrer une étude fin 2012, portée par une étudiante en master 2 Action humanitaire. Accentuer nos efforts d’interventions auprès de ce public nous paraît être un investissement pour l’avenir de ces jeunes, et de notre territoire. Nous espérons qu’en concentrant nos efforts sur leur insertion durable, ils ne recroiseront pas les acteurs du champ de l’hébergement et de l’exclusion sociale.

L’étude a permis de dégager plusieurs axes de réflexion.

REGARD : jeunes en danger de rue (les demandes au 115)

2 006 jeunes de 18 à 24 ans ont fait appel au 115 en Seine-Saint-Denis en 2011, de quoi s’interro ger sérieusement sur la politique d’insertion des jeunes. Parmi eux, 1 269 jeunes n’étaient pas connus du 115 (les « primo demandeurs ») soit 63% de l’échantillon total, signifiant que 37 % étaient déjà connus en 2010 et n’ont donc pas réussi à trouver une solution entre 2010 et 2011.

En 2011, les jeunes âgés de 18 à 24 ans représentent 16% des personnes ayant sollicité le 115. La répartition des jeunes selon l’âge est relativement équilibrée, avec un plus faible pourcentage pour les jeunes de 18 ans. 53% des jeunes ayant fait appel au 115 ont tout de même entre 18 et 21 ans

82% des jeunes sont en situation régulière au regard du droit au séjour : ils sont français, ressortissants de l'Union européenne ou ayant un titre de séjour.

56% des jeunes déclarent ne pas avoir de ressource, contre 49% pour l'ensemble de la population tous âges confondus.

23% des jeunes touchent des allocations (AAH, RSA, Allocations familiales, Assedic, ATA) au moment de la demande. 12% des jeunes déclarent avoir un salaire. moins de 5% suivent une formation rémunérée.

33% des jeunes n'ont pas de suivi social au moment de la demande. 45% sont suivis par les services sociaux polyvalents du Conseil général et 11% par une mission locale. Ils sont peu nombreux (0 à 1%) à être suivis par les accueils de jour, la CAF ou les assistances sociales scolaires.

Famille F.

Contact de l'AS de Madame pour demande de solution. Madame vivait avec son enfant chez les parents. Un conflit latent a éclaté hier soir, avec violences physiques, et au vu de l'heure tardive, Madame est aussitôt partie à l'hôtel, qu'elle a financé elle-même. Madame s'est présentée dès la première heure au service social. Aucune possibi- lité de retour au domicile parental. Madame est séparée du père de l'enfant, aucun réseau amical, elle est actuellement en formation. [...] Contact de Madame, en attente d'un foyer pour jeunes mères, Madame cherche du travail, elle est enceinte de trois mois (pas de projet de vie commune avec le père de l'enfant).

En Seine-Saint-Denis, les moins de 20 ans représentent près de 30% de la population, en raison de trois facteurs majeurs :

23%

- un taux de natalité record de 19 ‰ ;

des jeunes n’ont pas de suivi social

au moment de la demande. 45%

- des nouveaux arrivants, majoritairement composés de jeunes ménages actifs d’origine francilienne, avec de jeunes enfants ;

- un solde migratoire déficitaire pour les actifs et les plus de 60 ans.

Extraits de l'étude réalisée de juillet à décembre 2012 pour IL93, par Aurélia Prévost, étudiante en master 2 Action humanitaire.

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: