Mauraudeur au fil des jours : je vais vous raconter mon histoire

Tout commence en 2006, scotchéà mon écran de télévision, je suis interpellé par la présentatrice météo qui nous demande fixement, droit dans les yeux, de contacter le 115, si nous apercevons un sans domicile fixe dans ce froid glacial.

Ça y est, j’ai trouvé ma voie, maraudeur au samu social. Ni une, ni deux, j’envoie mon CV et hop me voici chauffeur au Samusocial93. Pendant mes premières maraudes, je me remémore toutes ces phrases entendues à la télé (ouverture de centres par-ci, d’autres par-là). La réalité est toute autre, en particulier pour les grands exclus, pour qui quelques places sont prévues mais pas souvent conçues pour eux.

Cinq ans après, me voici devenu intervenant social, cinq hivers ont passé

et malheureusement, beaucoup de spots de télé en moins, et plus de personnesà la rue. Heureusement, les pouvoirs publics prennent peu à peu conscience que les grands exclus ont pu être négligés par le passé.

Désormais un regard particulier estporté à leur attention avec entre autres dispositions la création d’un observatoire qui permettra de mieux recenser et connaître cette population. Cet hiver, diverses structures ont ouvert afin d’accueillir les personnes sans-abri, mais tout n’est pas réglé : seules vingt-six places étaient réservées aux maraudes. Restons vigilants afin que l’hiver 2013- 2014 et les suivants deviennent un rêve : zéro SDF à la rue

Samir Ouakouz

intervenant au Samusocial93 depuis 2006

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: