L'état du mal logement en France : Fondation Abbé Pierre, 18ème rapport annuel

La fin du carton rouge

Un vendredi pluvieux, pour un sujet orageux. Un hall du parc des expositions, une organisation digne des grands groupesdu CAC 40 et un éclairage réalisé par des professionnels auront suffi, semble-t-il, à atténuer les velléités des nombreux participants.

AUCUN CARTON ROUGE au MAL-LOGEMENT n’a été distribué cette année. Les parcours de vies présentés par de petites vidéos sont venus rappeler l’existence sur notre territoire national d’une précarité urbaine mais aussi rurale, chez les jeunes comme chez les plus expérimentés et chez les isolés comme dans les familles. Ce ne sont pas les témoignages en direct des mères qui craignent pour l’avenir de leurs enfants, ni le discours emphatique de madame la Ministre de l’Égalité des territoires et du Logement qui ont fait avancer le débat, mais bien un constat unanime et partagé par tous. Il y a bieneu quelques joutes verbales entre nos députés à la tribune et des rappels historiques sur des engagements pris et non tenus. Mais partager le constat, c’est déjà agir. Évaluer les étapes du contrat social pour une nouvelle politique du logement, c’est déjà constater son existence et sa véracité (production, régulation, gouvernance, justice sociale). Le temps, la mandature et les faits porteront les espoirs de ces « 3,5 millions de personnes qui n’ont d’autre choix que d’être mal logées ».

Abilio Brazil,

directeur général d’Interlogement93

La Grand'messe

La grand messe de la Fondation Abbé Pierre annonçant la remise du rapport sur « L’état du mal-logement en France » fait partie de ces événements qui s’institutionnalisent. Année après année, la 18e pour 2013, l’ensemble des acteurs concernés par le mal logement en France s’y retrouve. Les membres de l’équipe d’Interlogement93 et les adhérents du réseau y étaient nombreux.

L’intérêt de la chose : confirmer ce que nous savons déjà tous, le logement va mal. Pourquoi remettre le couvert chaque année ? Pour confirmer que le logement va de plus en plus mal. Une petite nouveauté : le rappel des engagements politiques pris par le candidat François Hollande, qui l’année dernière avait signé le« contrat social pour une nouvelle politique du logement ». Le résultat : aujourd’hui nous en attendons les effets. La présence de la ministre Cécile Duflot, qui a clôturé la matinée par un discours touchant de volontarisme, a su convaincre de sa sincérité.

Qu’en sera-t-il des promesses faites ? L’avenir nous le dira.Ce qui m’inquiète, je dois l’avouer, ce

sont les remerciements de l’ensemble des politiques présents tous bords confondus faits à la Fondation Abbé Pierre. Une espèce de consensus sur l’importance que revêt à leurs yeux ce rapport annuel. Ont-ils donc tant besoin d’un tel rapport pour se rendre comptede l’état du logement en France ? N’ont-ils pas moult conseillers, experts, spécialistes de haut vol, ou même simplement la possibilité de nous rencontrer, nous, les acteurs de terrains ? Sont-ils donc, tous ces politiques, si loin de la réalité du terrain pour avoir besoin d’un rapport aussi bien construit soit-il, ce qui est le cas en la matière, pour aller négocier à l’hémicycle de nouvelles lois (je ne fais que rapporter ce qui a été dit par la députée Jacqueline Fraysse).

A la sortie de ce grand show médiatique je dois avouer mon sentiment d’inquiétude. Y a-t-il réellement un pilote dans l’avion ??

G.H.

membre du réseau IL93

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: