Femmes : besoins de "toit"

L’hébergement d’urgence est devenu un miroir des difficultés sociales des populations d’un ter- ritoire ou de catégories de populations. Le numéro d’urgence 115, initialement mis en place pourvenir en aide à une population qu’on imaginait limitée à celle de personnes isolées très désocialisées, a dû s’adapter aux besoins de plus en plus croissants de familles.

En l’espace d’une dizaine d’années, la famille monoparentale a remplacé le grand errantdans l’imaginaire collectif, mais aussi dans la réalité du fonctionnement des dispositifs d’hébergement.

En Seine-Saint-Denis, comme dans la plupart des grandes agglomérations, la diversification des profils des publics en difficultés s’est traduite par une forte présence de femmes, seules ou (surtout) seules avec enfants. Alors qu’en 2002, le 115 de la Seine-Saint-Denis gérait une quarantaine de places hôtelières pour pallier l’insuffisance de places d’hébergement en hôtel pour les familles, en 2007 c’était 800 places qui étaient mobilisées, 1800 en 2011 et ...2200 en février 2012.

En 2011, près de 3200 familles ont fait appel au 115 dont plus de la moitié (58 %) étaient des

familles monoparentales.1420 femmes seules ont fait appel au 115 en 2011. 40 % d’entre elles avaient moins de 25 ans. 211 femmes déclaraient être enceintes lors de leur demande. 1500 des 3000 sollicitations du SIAO à fin février dans le cadre d'un parcours Fluidité de l'Hébergement sont des femmes seules ou avec enfants.

Issaka Kouanda

Observation Veille Sociale

115 SIAO

Sélection d'articles

Contactez nous :

01 41 58 61 45

© 2012 par Interlogement93

Newsletter: